Passion Irish Cob en France

Forum de l'association Passion Irish Cob en France. Venez découvrir ce fabuleux cheval polyvalent avec un look hors du commun
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Le forum étant en lecture publique, il est inutile de vous y enregistrer si vous ne pensez pas avoir le temps d'y participer. Tout membre ne s'étant pas connecté une seule fois en 3 mois verra son compte désactivé. PICF tient à garder son esprit des premiers temps : donner à aimer ce petit cheval au physique extraordinaire et que nous continuons d'appeler sous le terme générique IRISH COB, quelque soit le nom que des associations lui aient donné. Une race qui mérite qu'on la préserve et non qu'on la transforme. PICF n'est aucunement affilié à FIC et n'est en aucun cas un forum de Petites Annonces, ni une foire aux chevaux. Vous êtes priés de vous présenter et de participer avant de poster dans les PA. Tout sujet étant ouvert sans présentation préalable sera éliminé, tout membre ne participant que pour faire sa publicité sera également éliminé. Merci de votre attention et de respecter les règles de la communauté PICF.


Partagez | 
 

 Plantes utiles aux chevaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Mar 26 Mar 2013 - 14:04






FRÊNE ÉLEVÉ. Fraxinus Excelsior. Oleaceae.









De l'Ouest de la Volga à l'Amérique du Nord en passant par la majeure partie de l'Europe, le Frêne élevé est présent également dans les iles de la Sonde.

Ce grand arbre est un colosse, il peut atteindre 45 mètres de hauteur pour un diamètre de 1,50 mètre et vivre plus de 200 ans, il affectionne particulièrement les endroits humides, les bords des rivières, les forêts de plaine.

Son bois, à la fois souple et très résistant servait à fabriquer les roues et châssis des véhicules hippomobiles et, avec le Chêne, les éléments de charpente des clochers des églises où sa résistance aux vibrations des lourdes cloches du Moyen-Age était très appréciée.

Le Frêne était utilisé en médecine populaire dans les douleurs rhumatismales et on en pendait les rameaux dans les étables afin de prémunir les vaches des morsures de vipères.

Les feuilles du Frêne servaient également à fabriquer un breuvage pétillant appelé "Frênette", cette boisson était réputée pour ses vertus détoxifiantes et rafraîchissantes.

PARTIE UTILISÉE :

Feuilles, séparées de la tige, séchées et pulvérisées.

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES :

Anti-inflammatoire dans les affections rhumatismales, antalgique dans l'arthrite et les affections ostéo-articulaire.
Diurétique par la présence conjuguée de Mannitol et de composés minéraux, dont le Potassium.

INDICATION MAJEURE :

Phénomènes inflammatoires articulaires mineurs, poussées arthrosiques subaiguës, raideur des articulations.

RAPPEL IMPORTANT :

La gravité d'une affection articulaire chronique ou aigüe doit toujours être considérée et évaluée par un praticien avant d'entreprendre un traitement quelconque.

DOSE USUELLE :

Donner 30 grammes de feuilles séchées et pulvérisées par jour dans la ration.

MODE D'ACTION :

A l'instar de la majorité des plantes médicinales, le Frêne opère son action thérapeutique par une véritable synergie de l'ensemble de ses composants :

Le Rutoside et le Fraxoside opèrent une action antiinflammatoire, les Salicylates agissent contre la douleur, l'Esculoside procure une action veinotonique très utile à une bonne irrigation des articulations, de par leurs vertus anti-oxydantes les Quercitrosides évitent la dégradation précoce de l'ensemble des articulations et le Mannitol combiné au Potassium concourent efficacement au drainage des métabolites résiduels.

PRINCIPAUX COMPOSANTS :

► Triterpènes Pentacycliques : Acide Ursolique.

► Composés Polyphénoliques : Quercitroside.

► Diglycoside Flavoniques : Rutoside.

► Hétérosides Coumariniques : Fraxoside, Esculosides.

► Corps Salicylés : Acide Salicylique, Salicylates.

► Mucilage, Mannitol, Tanins Catéchiques et Galliques.

► Potassium.


© 2013
Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
#*Tchease
passionné niveau 3
passionné niveau 3
avatar

Nombre de messages : 890
Age : 50
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Mar 26 Mar 2013 - 17:26

encore une fois merci pour ce partage de savoir ... on va finir érudit grâce à ce post 1185

_________________
Revenir en haut Aller en bas
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Mer 27 Mar 2013 - 14:31

Merci beaucoup, Tchease !
Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Dim 14 Avr 2013 - 12:22







PRIMEVÈRE OFFICINALE. Primula Veris. Primulaceae.




Cliché : Rakuten Deutschland

La Primevère Officinale est la première fleur s'épanouissant au printemps, son nom latin "Primula Veris" l'évoque en signifiant "première (fleur) de printemps"; en Alsace, elle est nommée "Himmelschlessele" ("clé du ciel") en relation avec l'éveil de la nature et le renouveau terrestre.

En Allemagne, elle porte le nom de "Schlüsselblume" (fleur à la clé) en mémoire d'une très ancienne légende racontant que Saint-Pierre, après un long sommeil hivernal, laissa tomber les clés du Paradis sur la Terre, celles-ci se transformèrent en Primevère.

Au XII ème siècle, Hildegarde de Bingen la préconise pour "chasser les humeurs mélancoliques chez les esprits tourmentés" en leur apportant l'ardeur du soleil printanier évoquée par la couleur jaune d'or de sa fleur.

Jusqu'au XVIIIe siècle, la Primevère était utilisée dans certains troubles nerveux, dans le bégaiement et pour "déboucher les conduits de la vessie et du poumon".

Son utilisation primordiale demeure, aujourd’hui, par son action bénéfique sur les "toux grasses" et les bronches "encombrées".

PARTIES UTILISÉES :

Fleurs et racines, séchées et pulvérisées.

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES :

Antitussif, mucolytique, expectorant, sédatif nerveux léger.

INDICATIONS USUELLES :

Toux grasse productives.

Une toux persistante doit faire l'objet d'une consultation vétérinaire.

DOSE USUELLE :

Vingt grammes de fleurs et/ou racines séchées pulvérisées dans la ration, par jour.

DURÉE DE LA CURE :

Cette plante doit être administrée durant 15 jours, si l'état du cheval ne s’améliore pas après ce délai, il est recommandé de le soumettre à un examen vétérinaire.

MODE D'ACTION :

L'efficience de la Primevère sur les affections respiratoires dues à une abondance de mucosités bronchiques s'explique par l'action conjuguée de ses nombreux composants :

Les Saponosides opèrent la fluidification des mucosités surabondantes et les Enzymes aident à leur expulsion en les dégradant.

Les dérivés salicyliques et l'acide Rosmarinique lèvent l'inflammation produisant les glaires et les flavonoïdes aident à la restauration du revêtement muqueux.


COMPOSANTS ET PRINCIPES ACTIFS :

► Fleurs :

• Saponosides : acide Primulique A générant la Primulagénine A.
• Enzymes : Primevérase.
• Flavonoïdes : Rutine.
• Dérivés salicyliques, Salicylates.
• Acide Rosmarinique.
• Caroténoïdes, Kaempférol.

► Parties racinaires :

• Saponosides triterpéniques de type Oléanane : Saponosides dérivant de l'Anagalligénine (Primacrosaponine), de la Privérogénine B (Privérosaponine B).
• Flavonnoides : Quercétol, hétérosides de Flavonols.

► Autres constituants propres à toute la plante :

• Glucides non hydrolysables : Heptoses, Octuloses, Nonuloses.
• Hétérosides Éthanoliques.
• Tanins.


©
Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
#*Tchease
passionné niveau 3
passionné niveau 3
avatar

Nombre de messages : 890
Age : 50
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Lun 15 Avr 2013 - 10:35

encore une fois merci pour ces infos... 14

La primère dont vous parlez est celle des champs ou celle des forêts, car elles sont différentes au niveau taille, couleur (plus pâle en forêt) et odeur (plus odorante dans les prés) ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Lun 15 Avr 2013 - 11:04


La plante citée sur la fiche est la Primevère des champs.
Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
#*Tchease
passionné niveau 3
passionné niveau 3
avatar

Nombre de messages : 890
Age : 50
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Mar 16 Avr 2013 - 16:48

Merci 1185

_________________
Revenir en haut Aller en bas
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Lun 13 Mai 2013 - 11:23









LES PLANTAINS

*


PLANTAIN MOYEN. Plantago Media. Plantaginaceae.





*


PLANTAIN LANCÉOLÉ. Plantago Lanceolata. Plantaginaceae.





*


GRAND PLANTAIN. Plantago Major. Plantaginaceae.





*
Ces diverses variétés de Plantain sont utilisées depuis fort longtemps dans la médecine populaire, les similarités de leurs indications et de leurs composants font qu'elles peuvent être indifféremment utilisées pour des résultats identiques.

*

Le Plantain est commun dans toute l’Europe et son usage, très ancien, en phytothérapie humaine et vétérinaire est encore très répandu.

Au premier siècle avant notre ère, le naturaliste Aulus Cornelius Celsius l'utilise comme émollient et cicatrisant de la peau, il le consigne dans ses écrits : "De Remediae".

Pline l'Ancien le rappelle et en assure la radicalité dans son ouvrage "De naturalis Historiae" au premier siècle de notre ère.

Au XI ème siècle, Hildegarde von Bingen conseillait le Plantain pour ses vertus expectorantes et cicatrisantes.

Durant le Xll ème siècle, au sein de l’École de Médecine de Salerne, la femme médecin Trottula di Salerno traite les hémorragies de parturition avec le Plantain, elle en décrit les bienfaits dans son ouvrage sur "Les maladies des femmes, avant, pendant et après l'accouchement" : "Gynaeciorum liber curandarum aegritudinum in ante et post partum"; cette respectable praticienne est une des fondatrices de l'obstétrique de son temps.

Dans son célèbre ouvrage du XVII ème siècle "Le parfaict Mareschal", le médecin hippiatre Jacques de Solleysel, responsable de la santé de la cavalerie des rois Louis XIII et Louis XIV préconisait le Plantain macéré dans le miel pour traiter les contusions de la couronne et de la sole des chevaux.

Plus proche de nous, au XIX ème siècle, l'Abbé Sebastian Kneipp, dans son entreprise de réhabilitation de la "médecine par les simples", conseillait le Plantain dans les soins des blessures cutanées après une longue expérience d'aumonier-soignant durant la guerre de 1870; sa méthode de cures phytothérapiques est encore très connue et éprouvée aujourd'hui.

Cette longue introduction historique pour démontrer l’intérêt thérapeutique accordé au Plantain au fil des siècles par les érudits et praticiens de toutes les époques.


PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES :

► Usage interne :

Antitussif dans les toux productives par ses actions mucolytique et expectorantes.

► Usage externe :

Antiinflammatoire, antiseptique, vulnéraire, cicatrisant, hémostatique, antiprurigineux.

INDICATIONS USUELLES :

► Usage interne :

Toux grasses productives, catarrhe bronchique.

• Ces indications sont censées être appliquées dans des cas d'écoulements non infectieux et en phase débutante, il est important de faire examiner le cheval si ces signes persistent .

► Usage externe :

Piqures d'insectes, démangeaisons, plaies des parties basses des membres et de la couronne (très utile en extérieur quand on n'a rien sous la main).

DOSE USUELLE :

► Usage interne :

20 à 30 grammes par jour de feuilles séchées et pulvérisées.

► Usage externe :

Sur piqures d'insectes et démangeaisons, frotter les feuilles fraiches sur les lésions afin d'effectuer un "grattage thérapeutique" calmant de la zone prurigineuse.

Sur plaies diverses et contusions, appliquer le suc frais après l'avoir extrait des feuilles en les froissant entre les doigts.

Il existe également une méthode ancienne consistant à insaliver les feuilles broyées avant d'en appliquer le "jus", ce procédé a l'avantage d'augmenter les fonctions antiprurigineuses et antiinflammatoires de la plante.

MODE D'ACTION :

Les trois plantains contiennent une grande quantité de Mucilages, qui leur confèrent des propriétés émollientes, expectorantes et antitussives; du Tanin, qui les rend astringents, hémostatiques et cicatrisants ; de la Pectine et des Glycosides chromogéniques, de l'Aucubine et du Catalpol, à l'action anti-inflammatoire et antiseptique.

Le Grand plantain contient aussi un alcaloïde, la Noscapine, aux propriétés antispasmodiques et antitussives.

COMPOSANTS ESSENTIELS :

► Hétérosides Iridoïdiques :

• Aucuboside, Catalpol, Aspéruloside, Globularine, Ester Méthylique de l'Acide Désacétylaspérulosidique.

► Phényléthanoïdes :

• Actéoside, Cistanosides, Lavandulifolioside, Plantamajoside, Isoactéoside.

► Mucilages :

• Pectine, Glucosides chromogéniques, Polysaccharides Hydrolysables en Acide Galacturonique, Galactose, Arabinose, Acide Glucuronique, Glucose, Rhamnose, Mannose.

► Flavonoïdes :

• Dérivés de l'Apigénine et de la Lutéoline.

► Acides Phénoliquess :

• Acides P-Hydroxybenzoïque, Protocatéchique, Gentisique, Chlorogénique, Néochlorogénique.

► Alcaloïde :

• Noscapine en quantité infinitésimale.

► Autres Constituants :

• Tanins, Coumarine, Saponosides.




© 2013
Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
#*Tchease
passionné niveau 3
passionné niveau 3
avatar

Nombre de messages : 890
Age : 50
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Lun 13 Mai 2013 - 11:33

je connaissais le plantain pour ses vertus mucolytiques, je vois qu'il est aussi utilisé en externe, c'est bon à savoir, surtout en pleine nature, ça peut aider. 14

Par contre c'est une plante très invasive, j'ai des terrains qui en sont remplis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Sam 19 Juil 2014 - 17:22





ANIS VERT. Pimpinella Anisum. Umbelliferae.



L'origine géographique de l'Anis vert s'étend de la Mésopotamie à l'Arabie jusque dans la vallée du Nil, il s'est répandu au fil du temps dans tout le bassin méditerranéen dont les iles de Crête, Chypre, Malte et le sud européen.

L'histoire intéressante de cette plante mérite bien un développement détaillé :

Depuis la haute Antiquité, l'Anis vert était connu des Égyptiens et des Grecs pour l’aromatisation des vins et de la cuisine.

Dans l’Égypte ancienne, la graine d'Anis était employée, mêlée à d'autres épices, dans les rites de momification des entrailles qui étaient séparées du corps et mises à part dans des vases canopes.

Cette graine fut vite appréciée pour ses propriétés digestives, mais aussi aphrodisiaques (cette dernière vertu est assez controversée...), les Crétois parfumaient à l'Anis des vins très chargés en alcool.

Comme en Grèce, l'Anis aromatise aussi les vins de la Rome antique et les pâtisseries, aidant ainsi à éviter les indigestions dues aux plantureux repas pris en position allongée (voila un style de vie bien enviable, on était loin du fast-food...!)

Au premier siècle de notre ère en Grèce, le médecin Dioscoride (40-90) accordait, dans son œuvre "De materia medica" une nette préférence à l’Anis venant de Crète et d’Égypte pour leurs qualités médicinales et la pureté de son essence.

L'Anis est mentionné avec la menthe et le cumin dans l’Évangile selon Saint Matthieu concernant la loi Mosaïque relative aux dîmes versées par les Pharisiens à l'empereur Tibère.

En l'an 52 de notre ère, en Gaule vaincue à Alésia, le général romain Flavinius se voit offrir par César une colline située en contre-haut de la rivière Ozerain pour y fonder la cité Gallo-Romaine de Flavianiacum devenue Flavigny sur Ozerain.

Les armées romaines ayant rapporté de leur province orientale de Syrie de nombreuses épices, ils acclimatèrent l'Anis Vert dans cette partie de la bourgogne aux coteaux ensoleillés.

Des moines Bénédictins, lors de la fondation de l'Abbaye St Pierre de Flavigny sur Ozerain en 719, fondèrent une fabrique de pastilles en utilisant l'Anis rapporté au début de notre Ère par le voyageur romain Flavius.

Les "Anis de Flavigny" sont des petites pastilles élaborées à partir d'une graine d'Anis vert enrobée de sirop de sucre aromatisé; elles sont encore fabriquées sur leur lieu d'origine et appréciées pour leurs vertus digestives.

Au IX ème siècle, Charlemagne (747-814) ordonna, dans l'acte législatif "Capitulare de Villis vel curtis imperialibus", rédigé par le moine Alcuin d'York que l'Anis vert soit cultivé à des fins médicinales parmi 75 plantes indispensables à la composition des "Herbulari" des monastères.

Hildegarde de Bingen (1098-1179) Abbesse Bénédictine, médecin et botaniste, préconisait, en son abbaye de Bingen-Rüdesheim, l'Anis Vert dans les états nauséeux et les coliques spasmodiques.

En l'an de grâce 1263, la Corporation des "Anysetiers" était enregistrée au Châtelet sur le Grand Livre des Métiers par Etienne Boileau, Prévost de Paris. Ses membres étaient à la fois des médecins et des apothicaires qui mettaient leur connaissance approfondie des propriétés de l'Anis au service de la médecine de l'époque.

En 1319, le roi Edward II établit une charte des guildes regroupant les 109 corporations de la Cité de Londres sous le nom de "Vénérables Compagnies"; la guilde des épiciers (au sens de grossistes en épices) devait s’exonérer de taxes exorbitantes sur le poivre et l'Anis afin d'aider à la reconstruction du London Bridge après un gigantesque incendie; le commerce de l'Anis Vert était encore, en 1453, sous la surveillance étroite de la Compagnie des Épiciers de Londres.

L'essence d'Anis entre dans la préparation de l’Élixir Parégorique (teinture d'opium benzoïnée) qui était utilisé pour calmer les spasmes coliques en régulant la formation de gaz intestinaux (carminatif).

PARTIE UTILISÉE :

Semence pulvérisée (réduite en poudre grossière).

PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES :

Carminatif (régule la formation des gaz intestinaux), calmant des toux sèches quinteuses, Diurétique, Galactogène (favorise la sécrétion lactée).

INDICATION MAJEURE CHEZ LE CHEVAL :

Pour les chevaux, qui peuvent se révéler être de véritables "usines à gaz", son utilisation s'affirme très précieuse en régulant la formation des gaz intestinaux dans les cas de météorisation pouvant entrainer des coliques à répétition dues à la présence massive de gaz dans le cæcum et le colon.

Très utile également dans les cas de toux sèches survenant par quintes à répétition.

Il est évident que ces pathologies doivent considérées par un praticien si elles deviennent récurrentes ou durables.

DOSE USUELLE :

20 à 30 grammes par jour de poudre de semences dans la ration jusqu'à cessation des symptômes.

PRINCIPES ACTIFS :

Polysaccharide, Flavonoïdes, Glucoside de l'Acide Para-Hydroxybenzoïque, Pinène, Limonène, Linalol.

Huile Essentielle : Anéthol (80 à 90p.cent), Methyl-Chavicol (0,5p.cent), Estragole, Alpha-Terpinéol, Aldéhyde Anisique, p-Methoxy-Acétophénone, Gamma-Himachalène.



Dernière édition par oskarnika le Mar 26 Aoû 2014 - 13:00, édité 1 fois (Raison : edit img)
Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Mar 26 Aoû 2014 - 11:28

Blutweiderisch  





SALICAIRE COMMUNE. Lythrum Salicaria. Lythraceae.



©Meine Naturfoto


La Salicaire est aussi appelée "Herbe aux coliques", ce nom évocateur la désigne comme une plante particulièrement utilisée, en médecine populaire, contre les diarrhées.

Les diarrhées du cheval pouvant revêtir différentes étiologies : anxiété et stress après un changement d'écurie, changement d'alimentation, mise à l'herbage au printemps, stress du transport, verminose, abreuvement abondant et trop froid après un effort, etc..., elles peuvent également être douloureuses ou pas.

Il est donc important de les considérer avec beaucoup d'attention; si les symptômes persistent ou deviennent récurrents, il est prudent de faire appel à un praticien afin d'adapter un traitement judicieux.

PARTIE UTILISÉE :

Sommités fleuries séchées et pulvérisées.

PROPRIÉTÉS :

Astringente et anti-diarrhéique par effet antisécrétoire.
Antiinflammatoire et antiseptique intestinal.
Antispasmodique : régule le péristaltisme intestinal sans pour autant le stopper.

PROPRIÉTÉS CONJUGUÉES DANS L'INDICATION :

► Action anti-diarrhéique :

Elle est due principalement à la présence importante de tanins galliques dont l’œnothéine B et de tanins ellagiques dont Vescalagine et Castalagine.

De par leur hydrosolubilté, ces composés tanniques s'assimilent  immédiatement au tractus digestif pour un effet rapide, donc une prompte efficacité.

► Actions détoxifiantes et antiinflammatoires :

Les Anthocyanes et Anthocyanosides sont antioxydant, ils permettent de detoxifier le tube digestif (intestin grele et colon) en procédant à une levée du stress oxydatif hépatique.
Les hétérosides flavoniques procurent un effet antiinflammatoire en favorisant la circulation mésentérique, et par là-même l'évacuation de l’œdème inflammatoire veineux, en renforçant les fonctions valvulaire de l'arborescence veineuse.
Les Triterpènes contenus dans les fleurs sont également antiinflammatoires et antioxydants : acide Oléanolique, acide Ursolique.

► L'action sédative et antispasmodique :

Les Flavonoïdes et glucosides de Flavones : Orientine, Vitexine, confèrent à la plante des propriétés sédatives, un effet antispasmodique et tranquillisant.


DOSES USUELLES :

30 à 40 grammes de fleurs séchées et pulvérisées par jour.


COMPOSANTS ESSENTIELS DANS L'INDICATION :

► Tanins galliques dont l’œnothéine B (Ellagitanin macrocyclique).

► Glucosides d’Ellagitanins :

Vescalagine, Castalagine, Pedunculagine, Salicarinine.
Anthocyanosides, Anthocyanidols.

► Glucosides de flavones :

Orientine, Isoorientine, Vitexine, Isovitexine, Polyphénols.

► Triterpènes :

Acide Oléanolique, acide Ursolique.

► Silice.


©2014

Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
oskarnika
passionné niveau 1
passionné niveau 1
avatar

Nombre de messages : 153
Age : 76
Localisation : Saumur / Strasbourg
Date d'inscription : 13/08/2010

MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   Mer 25 Fév 2015 - 16:11







CAROUBE. Ceratonia Siliqua. Fabaceae.




Franz Eugen Köhler atlas dok.



Inflorescences femelles





Gousses torréfiées




Gousses en végétation




Gousses mures



Le Caroubier est originaire de la vallée de l'Euphrate (aujourd'hui la Syrie); il est très répandu dans toutes les régions méditerranéennes, en Afrique ainsi qu'au Mexique et aux Philippines où il a été introduit par les Espagnols.

Le papyrus Ebers, traité médical écrit 1500 ans avant notre ère sous le règne d'Amenhotep Ier, cite l'usage de la Caroube dans les affections diarrhéiques.

Dans le livre XIII de son œuvre "De Naturalis Historiae", le naturaliste Romain Pline l'Ancien (23-79) décrit avec précision la Caroube sous le nom de "Ceronia Siliqua".



Dénuée de caféine, la gousse de Caroube est très nutritive pour les chevaux sans être excitante.

Si la Caroube est donnée en farine, il est prudent de la choisir tamisée car les cosses grossièrement concassées et trop dures ont tendance à provoquer des lampas chez le cheval en s'insinuant entre le collet dentaire et la gencive.

Il est à noter que la farine peut provoquer des obstructions œsophagiennes si elle est mal mélangée à la ration ou ingérée trop rapidement.


PARTIE UTILISÉE :

Gousse entières torréfiées et pulvérisée.


PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES :

Anti-diarrhéique, gastro-protecteur, laxatif léger, nutritif énergétique.


INDICATIONS USUELLES :

Chevaux amaigris, Convalescence, Diarrhées, Gastralgies.

Faisant l'objet de diverses étiologies, un amaigrissement subit ou chronique doit faire l'objet d'un examen médical.


DOSE USUELLE :

La dose est fonction de sa destination thérapeutique :

200 à 250 grammes par jour en moyenne.


PRINCIPAUX COMPOSANTS :

Amidon,  Latex, Cellulose, Eau, Fibres, Mucilage,  Protéine, Saponine, Sucre 45 % (Fructose, Glucose), Tannin,  Tocophérol, Pectine.

Oligo-éléments : Calcium, Phosphore, Magnésium, Silicium, Fer.

Acides organiques : Acide Benzoïque, Acide Méthanoïque, Acide Palmitique, Acide Stéarique, Acide Tannique.

Acides aminés : Alanine, Arginine, Aspartate, Glutamate, Glycine,Histidine, Isoleucine, Leucine, Lysine, Méthionine, Phénylalanine, Proline, Sérine, Thréonine,Tyrosine, Valine.



© 2015



Revenir en haut Aller en bas
http://equuscaballusherbula.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plantes utiles aux chevaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plantes utiles aux chevaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Plantes utiles aux chevaux
» INDEX et INDICATIONS Plantes Utiles aux Chevaux.
» LES PLANTES UTILES AUX CHEVAUX
» Plantes utiles aux chevaux.
» Les plantes utiles aux chevaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion Irish Cob en France :: L'Irish Cob :: Santé-
Sauter vers: